Loading...

XIème rencontre féminine d’Abada-Capoeira : Sou mulher, Sou capoeirista, Sou guerreira !

Dimanche 31 mai, 23h. En appuyant sur « quittez la réunion » une foule de sentiments m’assaillent : nostalgie, joie, espoir, motivation, détermination, sérénité… La 11e rencontre féminine d’Abada-Capoeira vient de se terminer. C’était aussi la première 100% en ligne. En ces temps de pandémie où toutes nos habitudes sont remises en question, l’événement promettait d’être exceptionnel. Mais il le fut pour moi au-delà de ce que j’avais imaginé.

.

Je repense à ce moment là un autre moment fort de ma vie de capoeiriste : ma première roda. J’avais pleuré en entendant « dona maria como vai você » ;-). J’ai toujours été une madeleine ! Le parallèle est révélateur : cet rencontre féminine est pour moi comme un nouveau départ. Après 12 ans de pratique et alors que nos vies sont bien remplies par la vie quotidienne, comment continuer à avoir la motivation pour s’entraîner, progresser, participer ? J’étais à la recherche d’un second souffle. Ces femmes extraordinaires me l’ont donné.
.
Alors certes je n’ai pu assister à tous les cours, décalage horaire et vie de maman obligent. Certes, l’énergie parfois manquait à 1h du matin pour jouer à la benguela avec soi-même dans son salon. Et oui j’aurai pu mieux faire quand Mestre Cobra m’a demandé de toquer iuna devant tout le monde. Mais tout ça ce n’est pas très grave. Car, Abada-Mulher ce fut pour moi avant tout une rencontre, une découverte. Malgré mes années de participation aux événements européens et mondiaux, je ne soupçonnais pas l’existence de tant de femmes capoeiristes inspirantes et talentueuses ! Baiana et sa voix envoutante. Orquidea et son animation parfaite de débat. Camaleoa qui réussit la prouesse d’arrêter notre mestre Camisa aux milieu de ses explications. Pitanga et son énergie communicative. Bombom et ses toques super belles. Flavia et sa flûte. Estrela et sa guitare. Vermelha et ses emails rapides et précis. Et bien sûr Mestranda Juma, un exemple pour nous toutes. J’en oublie c’est sûr. Je ne les connais pas encore toutes. On était plus de 200 connectées en même temps pour suivre les enseignements des mestres et mestrandos d’Abada, et assister aux différentes conférences thématiques organisées par l’équipe d’Abada-Mulher. Plus de 200. Et parmi elles, moi 🙂 Même si nous ne pouvions être réunies physiquement, je me suis sentie vraiment entourée par toutes ces femmes extraordinaires. Par toutes ces capoeiristes. Une vraie communauté, que j’ai hâte de pouvoir davantage explorer, auprès de qui je souhaite approfondir mes connaissances.
.
Voir autant de femmes fortes, qui ont un travail, une famille, et pour autant s’entraînent, travaillent dans la capoeira et organisent un événement aussi riche, cela fait du bien à l’âme, à l’esprit et au coeur. Cela m’a donné énergie et volonté pour continuer mon chemin dans la capoeira, m’entraîner, m’améliorer, et dépasser les rasteiras de la vie ! Et pour tout cela muito obrigada Abada-Mulher !

    Comments

Leave a Comment

Let us know what you think about this post, Just fill in that form on the right.