Chargement...

Sujets "spawn"

Jogaki s’associe au projet ‘Words Must Be Seen’

Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More

 

L’association JOGAKI devient le partenaire de l’association HALTE SIDA, association d’aide aux orphelins du SIDA en Afrique. HALTE SIDA prend en charge près de 700 orphelins dont les parents ont été victimes du fléau et a pour projet principal, la finalisation de la construction d’un orphelinat.

Pour symboliser ce partenariat, les élèves de JOGAKI sont invités à participer au projet « Words Must Be Seen », nouveau projet en soutien à HALTE SIDA et lancé par l’élève Capoeiriste SPAWN.

Ce projet a pour objectif de vous donner la parole en combinant votre portrait en noir et blanc et votre message que vous auriez envie d’adresser au monde sur un sujet qui vous inspire (voyages, capoeira, amour, nature, philosophie de vie, …).

Plusieurs membres de JOGAKI participent au projet : Bamba, Alcalina, Best Of, Kanti, Carolina Dedinha, Garoto et bien d’autres…

  • Une exposition réunissant toutes vos photos et vos messages sera réalisée en salle
  • Une exposition en plein air aura également lieu dans les rues de Paris

 

Si vous aussi souhaitez soutenir l’association HALTE SIDA et participer au projet « Words Must Be Seen » :

La prochaine journée de shooting photo aura lieu le samedi 29 Mars 2014 à Bourg la Reine sur le RER B à coté du parc de Sceaux (ouverture entre 12h et 18h)

Et REPARTEZ AVEC VOS PORTRAITS NOIR & BLANC !

Invitez vos familles et vos amis

Contactez Spawn : spawn.capoeira@gmail.com

Liens :

Site web du projet : www.wordsmustbeseen.org

Page Facebook du projet : www.facebook.com/wordsmustbeseen

Site web HALTE SIDA : www.haltesida.org

Page Facebook HALTE SIDA : https://www.facebook.com/haltesida

Le sanctuaire blanc

Overflow: Hidden No More

 Le sanctuaire blanc

J’ai découvert la montagne il y a quelques années.

Jeune parisien, amoureux de sa ville et vivant au milieu de cette foule véhiculant son stress, sa mauvaise humeur et son agressivité (problème commun à toutes les grandes villes), cadre dans une entreprise informatique, ce n’est qu’après quelques années d’expérience et de travail que mon esprit a décidé de s’émanciper et de se libérer du modèle aliénant « métro, boulot, dodo ».

La marche en montagne en est l’un des meilleurs remèdes. Elle permet de se retrouver… Retrouver la sérénité durant des heures d’efforts physiques. Nous y sommes plongés dans un silence magnifique, loin du ‘brouhaha’ de la foule parisienne. Quelque soit la saison, je m’y vide littéralement l’esprit.

J’ai fait une première randonnée pour découvrir…

Puis une deuxième pour me ‘challenger’…

Puis une troisième pour découvrir mes limites.

Car connaitre ses limites c’est se connaitre soi-même.

Ce qui était une curiosité initialement, s’est vite transformée en simple activité pour devenir au final une réelle passion. Toujours curieux de découvrir jusqu’où je peux aller. Or le meilleur des tests pour un randonneur amateur est le point culminant en Europe : le mont blanc.

Véritable objectif, il était nécessaire pour moi d’avoir la meilleure condition physique pour le dompter. Quelques randonnées et un peu de course à pieds n’étaient pas suffisants de toute évidence. L’un de mes meilleurs amis qui fait de la rando en Savoie depuis son plus jeune âge me conseilla de pratiquer un sport de combat. Vivant à Paris, les choix se comptaient par dizaines. Karaté, Boxe, ou autre…peu importe…il me fallait un sport physique dans le but de me muscler un peu et également de m’assouplir.

C’est alors que lors de mes nombreuses ballades du samedi, je tombe sur une affiche de cours de capoeira. J’avais comme tout le monde déjà assisté à des spectacles de rue. Des capoeiristes, couleur caramel, torses nus évidemment avec des muscles qui débordaient de partout.  Et des spectatrices aux yeux écarquillés, au large sourire dont on pouvait deviner le désir caché : « pouvoir toucher ». Freinées par leur timidité et la présence bien entendu de leurs hommes, jaloux et songeurs,  s’interrogeant sur le travail qui leur serait nécessaire pour obtenir de telles plaques de chocolat.

Je m’amuse souvent de ces scènes comiques, vues et revues à Montparnasse, Montmartre, au Trocadéro. Mais mon objectif à moi n’était pas d’avoir des abdos d’un chanteur de Boyz Band mais de trouver ce sport me permettant d’être plus souple, de me muscler un peu afin de gravir les « marches » du mont blanc.

La capoeira me semblait idéale. Car je n’avais pas besoin d’un sport de combat avec contact. De plus, il s’agissait d’un sport très esthétique et donc beau à regarder, accompagné de chants, de musique… J’ai donc décidé que c’était le sport qu’il me fallait.

Au premier cours, je fus agréablement surpris de voir des gens de tout horizon, tout âge, toute culture. Et puis j’ai rencontré ce professeur, Bamba… Je l’ai observé…. J’ai analysé ses mouvements qui m’impressionnaient. J’ai apprécié sa pédagogie, son humour et son respect vis-à-vis des élèves. J’ai vite compris qu’il s’agissait d’un passionné qui prenait plaisir à transmettre sa passion.

Voilà  comment j’ai découvert ce sport, que l’on dit brésilien certes, mais qui d’après ce que je découvre, a de réelles racines en Afrique. Il s’agit d’un art martial afro-brésilien issu des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil.

Chaque homme et femme fait de la capoeira pour des raisons qui lui sont propres. Je fais de la capoeira afin d’acquérir la condition physique nécessaire à l’ascension du Mont Blanc.

Je n’avais juste pas soupçonné, lorsque je pris cette décision, que la capoeira deviendrait elle aussi une passion…

Spawn

Genèse

Genèse

Un jour, j’ai demandé à Sybille d’Orgeval, grande aventurière s’il en est, partie pendant 10 ans à la rencontre de 1000 familles, 1000 cultures : « Quelle est la définition du bonheur ?». Sans hésiter, Sybille me répondit : « C’est le partage d’énergies positives ».

C’est sans aucun doute ce qui définit le mieux ce groupe, cette entité, cette association, qui a vu le jour à l’Automne 2012. Issue de la volonté d’un homme animé par une passion, la capoeira. Vite rejoint par des enfants, des parents, des étudiants partageant cette même passion.

Nous avons été rapidement rattrapés par le besoin d’explorer d’autres univers, d’autres mondes, d’autres cultures. Changer de dimension, c’est ce qui nous anime. Tous réunis autour d’un socle commun : la culture brésilienne. Tous rassemblés par des valeurs communes : le partage, la découverte, l’échange et l’action sociale.

Loin de nous toute forme d’utopie ou de naïveté, notre seule volonté est d’aller à la rencontre de l’autre dans la bonne humeur dans le but de créer des liens. Satisfaire notre curiosité dans le domaine culturel, sportif ou artistique est réellement ce qui nous a poussés à bâtir ce groupe.

Un groupe sans chef.

Un groupe ouvert à tous.

Un groupe appartenant à tous.

Un groupe ayant pour ADN la capoeira et la culture brésilienne.

Un groupe où chacun de ses membres a la volonté de transmettre son savoir sur ce sport aux autres et recevoir de la part de ces mêmes autres, une expérience de vie.

Il n y a pas de clan.

Il n’y a pas d’élite.

Chaque voix compte et a son importance.

Nous sommes à priori issus de cultures et de milieux sociaux différents. Mais en réalité, cela nous importe peu. Tous égaux, hommes et femmes, seule notre bonne humeur a de l’importance. Ouverture et partage, c’est finalement ce qui nous résume le mieux. Et je participe à cette aventure pour ces 2 raisons.

Le monde n’est il pas composé de 7 milliards d’âmes ayant forcément une expérience de vie qui pourrait m’enrichir intellectuellement et à qui je pourrais transmettre le peu que je sais sur le sport que je pratique ? Car oui, j’en connais encore très peu et je le revendique ! Non expérimenté – seulement 1 an de pratique au moment où j’écris ces lignes – je ne peux me vanter de tout connaitre de la culture brésilienne. Cependant, malgré mon manque d’expérience évident dans ce sport, suis-je moins légitime que des capoeiristes gradés pour en parler ? Bien sûr que non.

Je n’ai aucune légitimité pour enseigner aux autres. Par contre, en tant qu’individu, j’ai toute légitimité pour partager ma passion. Car malgré l’imperfection de mes mouvements et mon manque de connaissance, ma seule volonté est de la partager, en parler, en discuter… Car dans tout échange avec les autres, le sourire est le plus beau des langages, universel, pur… et la passion est le plus beau des sujets. Ajoutez à cela une dose d’énergie … et vous disposez de tous les ingrédients pour réunir et unir les hommes.

Ce groupe auquel j’appartiens, en résumé, est la conjugaison d’énergies positives.

Bienvenue à Jogaki.

Spawn

Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More