Chargement...

Sujets "démonstration"

Capoeira à l’école : Les enfants de Paradis et Belzunce sur scène à la mairie, Paris 10ème !

Overflow: Hidden No More

Mercredi 15 mai, 16h. Les enfants sont presque prêts. Ils enfilent de beaux t-shirts peints à la main aux couleurs de Jogaki par leurs animateurs. La tension monte. Un petit refuse. Il a trop peur de monter sur scène… Heureusement, un de ses camarades est là pour le remplacer.

 

Il faut dire qu’il y a de quoi être impressionné. A à peine 4 ans pour les plus jeunes et 8 ans pour les plus âgés, ils s’apprêtent à présenter un petit spectacle de capoeira sur la scène de la salle des fêtes de la mairie du 10ème, en haut d’un grand escalier de marbre digne des châteaux de Disney et devant l’ensemble des enfants des centres de loisir de l’arrondissement et leurs animateurs. Cela fait pas mal de monde : une vraie ruche cette salle des fêtes avec tous ces enfants – déguisés pour la plupart – courant dans tous les sens !

 

Ils ont en plus une certaine responsabilité : ils représentent leurs écoles, Paradis et Belzunce, où Jogaki donne des cours bénévolement tous les mercredis matins depuis janvier. Après plusieurs semaines d’entrainement appliqué mais dans la bonne humeur, 8 d’entre eux ont été choisis par leur professeur pour se présenter sur scène ce mercredi 15 mai. 3 filles et 5 garçons de toutes les couleurs. Ce ne fut pas facile de les choisir. Jogaki est vraiment très heureux d’intervenir dans ces centres de loisir car les enfants sont tous très éveillés et motivés. Ils apprennent vite et sont demandeurs. Ce ne fut donc pas facile de les départager.

 

16h20. Le goûter est fini. Le DJ de la fête stoppe la dernière musique à la mode. Cela va être à leur tour. Sous l’œil bienveillant de leurs directrices, les élèves montent enfin sur scène accompagnés par leur professeur Bamba et un animateur du 10ème, lui aussi capoeiriste, graduado ratão (GCB). On annonce le spectacle de capoeira au micro. Alors qu’il y a encore quelques minutes tous les enfants dansaient dans tous les sens ou s’afféraient près du buffet, les premières notes du pandeiro les font se rassembler et s’asseoir devant la scène. Certains accompagnent même l’instrument en tapant dans les mains en rythme.

 

Et c’est parti. Les plus courageux sont des courageuses : deux petites filles veulent absolument commencer et jouer ensemble : enchainement de meia-lua et de cocorinha, une série de belles roues, ouah… le public est impressionné ! C’est au tour des garçons d’y aller. Puis Bamba achète avec eux. Il joue avec un petit : on dirait lui il y a quelques années. En plus aussi doué ! Et hop, un petit macaco ! Attention, cela glisse un peu sur la scène… On évitera les grands sauts.

 

Après quelques minutes de show, les enfants sont bien fatigués… Le pandeiro accélère puis s’arrête dans un dernier son. Applaudissements et salut des enfants. Leurs animateurs et leurs amis sont vraiment fiers d’eux. Une photo sur scène avant de partir et les enfants courent vers le buffet : la capoeira, c’est bien connu, ça creuse ! 

 

Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More

Jogaki, Trop Pool et les enfants du Secours Populaire de Paris 18ème.

Overflow: Hidden No More

Jogaki, Trop Pool et les enfants du secours populaire

Le Printemps est parmi nous depuis quelques semaines maintenant…

Et pourtant, ce n’est réellement qu’en ce jour de 14 Avril 2013 que le soleil a décidé de briller…

Le ciel était jusque là capricieux, grisonnant et même parfois hostile…

Mais comme un signe, aujourd’hui dimanche 14 avril, l’étoile la plus proche de nous était loin d’être timide. C’est une journée spéciale pour Jogaki pour que les capoeristes de l’association ont été invités à délivrer un cours d’initiation à des enfants du secours populaire.

Paris, 18ème arrondissement…Une dizaine d’enfants pendant près de 2 heures nous montrent leur plus beau sourire.

Des enfants de 5 à 10 ans, enthousiastes et débordant d’énergie apprendront quelques mouvements de base et pour les plus âgés, quelques acrobaties simples.

Bamba, Marlène, Garoto, Tatuzinha, Tatuagem et moi-meme avons partagé l’enthousiasme de ces enfants durant toute la matinée.

Cette journée a été organisée par notre partenaire ‘Trop Pool’. ‘Trop Pool’ est une initiative d’étudiants franciliens de l’IESEG. Ces étudiants offrent à des familles défavorisées une matinée de loisir sur une thématique précise (activité dans un centre aquatique, etc…).

La magie du partenariat entre Trop Pool et Jogaki a fonctionné puisqu’elle a donné lieu à des visages radieux, des yeux curieux, de l’énergie positive et l’envie d’en apprendre toujours plus…

Au programme, cours d’initiation, dessins avec pour modèles, ces très chers capoeiristes, apprentissage des chants et des instruments tels que le Berimbau et le Pandeiro.

 

Spawn

 

Overflow: Hidden No MoreOverflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More Overflow: Hidden No More  

 

Fête des langues maternelles

Une fête en honneur de la Journée Internationale des Langues Maternelles a lieu toutes les années depuis l’an 2000 afin de faire prendre conscience à tous les peuples de la valeur des langues. Il est en effet très important, voire priomoridial de préserver la diversité des langues, et de les considérer comme patrimoine partagé de l’humanité! Selon le Directeur Général de l’UNESCO, Monsieur Koïchiro Matsuura,  : « Aujourd’hui plus que jamais, recherchons la compréhension et la reconnaissance des autres peuples et des autres cultures en respectant leurs langues et les modes de pensée qui s’expriment à travers elles ».

À travers le monde, de nombreuses activités locales culturelles ont lieu comme la lecture de poésie dans les écoles, des expositions et des pièces de théâtre. Et ainsi, la Mairie du 14ème a organisé une magnifique Fête des langues maternelles le Samedi 23 Février dernier, regroupant des cultures du monde entier : du tam-tam Kasonke – chant et musique Malgache – danse folklorique Turque avec un groupe de jeunes danseuses – conte français – chant, magie et danse bengali, danse Tamoule – et musique traditionnelle catalane. C’est dans ce cadre que nous avons eu la chance d’être invités à participer à cet évènement, et faire découvrir la culture brésilienne et la langue portuguaise du Brésil à travers la Capoeira made by JOGAKI 🙂

Ces évènements sont toujours très agréables et riches, culturellement parlant surtout dans ce cas, et nous permettent d’une part de rencontrer d’autres associations à travers leurs passions, et de nouvelles cultures et langues qui nous sont le plus souvent complètement inconnues!

Les langues que l’on parle sont magnifiques, il ne faut jamais les oublier … et croyez-en une passionnée qui essaie (souvent en vain) d’en apprendre une nouvelle toutes les 5 minutes ! Alors, comme dirait Sevgi (organisatrice de l’évènement que l’on remercie, ainsi que Mr Roussier!!), et du mieux que je puisse le dire dans les langues que j’aime et pratique : Pour que les langues vivent !! Che le lingue vivono !! For languages to be alive !!  Que as línguas viver !! 使语言生活 !!

Eva